Voici la seconde vidéo de notre campagne de Crowdfunding. Elle suit l’introduction à la permaculture faite dans la vidéo précédente et permet de ce concentrer sur l’une des méthodes de la permaculture : l’agroforesterie.

❀ Nous aider ❀
https://www.helloasso.com/association…

Script :

Prenant source dans l’agroécologie, l’agriculture biologique ou même le biomimétisme, la permaculture se caractérise surtout par la volonté de créer un écosystème pérenne, durable, et profitable. Il existe un grand nombre de techniques de permaculture différentes, dont fait partie l’agroforesterie, qui est celle qui nous intéresse particulièrement. 

 

L’agroforesterie consiste à imiter, dans une parcelle agricole, le fonctionnement de la forêt et de l’écosystème forestier. Ainsi, sur une même parcelle, nous retrouverons, bien évidemment les plantes cultivées, mais aussi des arbres, fruitiers ou non. Le développement d’une telle technique représente donc un enjeu de taille dans une région comme celle de l’Amazonie péruvienne. Perunidad a eu la chance de travailler 4 ans avec Envol Vert, une association française dont l’objectif principal était le développement de l’agroforesterie. Ces années de collaboration nous ont permis d’appréhender les enjeux liés au développement d’une telle technique agricole, autant du point de vue environnemental ou économique, que social.

Tout d’abord environnemental. En effet, replanter des arbres sur les parcelles permet de préserver les espèces natives de la région qui sont habituellement absentes des cultures comme le tornillo ou la caoba pour le Pérou. La présence d’arbres assure aussi un refuge pour la biodiversité locale, offrant un abri et une source d’alimentation aux multiples insectes, oiseaux et petits mammifères. De plus, dans la zone montagneuse où nous travaillions, les racines des arbres protègent efficacement le sol de l’érosion, qui est très intense. 

 

L’agroforesterie présente aussi des avantages économiques majeurs. Les arbres fruitiers peuvent assurer une rente à l’agriculteur grâce à la vente de leurs fruits, de leurs graines ou encore de leur bois. Ainsi, l’agroforesterie assure par nature une diversification des revenus, et permet donc une meilleure résilience à ses adeptes. Cependant, certaines essences avec lesquelles nous travaillions n’étaient ni des fruitiers, ni exploitables pour leur bois. Mais ils rendaient de précieux services écosystémiques : rétention de l’eau, protection contre le soleil en faisant de l’ombre, protection contre les maladies car plus grande est la diversité d’une parcelle, moins celle-ci est vulnérable aux maladies, ou encore une augmentation de la fertilité des sols c’est-à-dire une meilleure santé du sol, et des apports de nutriments par la chute des feuilles, des fruits, ou encore les déjections des animaux vivant dans l’arbre. 


Enfin, l’agroforesterie revêt une dimension sociale très importante. Ses impacts positifs, environnementaux et économiques, sont d’autant meilleurs que cette pratique se fait à grande échelle. Ainsi, elle participe à l’émergence d’une conscience collective visant à augmenter la résilience de chacun ainsi qu’à mieux cohabiter avec le reste du vivant. De plus, l’immense diversité du vivant et des parcelles agricoles de par les différents types de sol, leur exposition au soleil ou leur disponibilité en eau rend impossible la généralisation des méthodes. De fait, l’agroforesterie est une technique reposant sur l’échange de connaissances au sein d’une communauté et repose sur un apprentissage par l’expérimentation. 

 

Au terme de notre collaboration avec Envol Vert, nous sommes entrés en contact avec Carlos et Magali du projet CEAH, qui composent une parcelle d’agroforesterie démonstrative. L’enjeu au Pérou est qu’une grande partie de la déforestation s’est faite par des agriculteurs pauvres qui ont migré depuis les Andes et ont transformé les zones boisées en zones cultivables pour subvenir à leurs besoins. En améliorant la situation économique des agriculteurs, en les aidant à développer une agriculture plus rentable et durable, notamment grâce à la permaculture et l’agroforesterie, il serait donc possible de stopper cette déforestation.